L’immense cortège d’inactifs et de planqués qui mangent au ratelier de l’État sont aujourd’hui l’unique caution de sa légitimité