Soutenue par une musique dramatique à souhait et un style reportage qui faisait merveille à une époque où pas un jour ne se passait sans qu’une observation d’OVNI ne soit relatée dans les médias, la série Les Envahisseurs avec son héros hyper sérieux et bon genre n’était pas dépourvue d’un certain impact.

Je doute que fussent nombreux les téléspectateurs qui étaient pour les Envahisseurs et jugeaient futile ou nuisible la croisade du beau David, alors même qu’il était admis (et même recommandé) à l’époque d’être pour les Indiens contre les cow-boys et de garder une bienveillante neutralité entre les gendarmes et les voleurs...

Or quarante ans plus tard que constatons-nous ? Étaient-ils si méchants que ça ces Envahisseurs ? Ne dirait-on pas plutôt qu’ils voyaient bien que l’humanité n’avait été compatible avec son habitat qu’à l’ère préindustrielle, et que les moyens techniques désormais à sa disposition sonnaient le glas de cette merveilleuse planète bleue que nos soi-disant « méchants » contemplaient dans leurs télescopes et qu’ils avaient appris à connaître au cours de leurs explorations. Ils s’en seraient bien tenus à ces observations et à ces petites virées, mais leur recul leur avait fait comprendre bien avant nos politiques que notre société d’accapareurs compulsifs et de profiteurs congénitaux courait désormais à sa perte en entraînant tout son monde dans un remake de la fin des dinosaures... Combien plus noble l’épopée des Envahisseurs que chez nous celles contre l’Irak ou la Serbie, aussi intéressées que mensongères !

Et voilà ce prototype de l’homme seul, ce héros honnête que personne ne croit qui vient tout flanquer par terre ! Car malgré les commentaires en voix off, nous rappelant que David était loin d’avoir fini son boulot, le téléspectateur moyen voyait bien que ces braves envahisseurs, qui poussaient la discrétion et le bon goût jusqu’à ne laisser aucun déchet à leur mort, étaient loin d’être invincibles. Il ne soupçonnait pas cependant que cela n’était pas forcément une bonne nouvelle...